Créer sa startup est à la mode ! Mauvaise nouvelle, suivre le mouvement et se lancer juste parce que c’est « cool », dans l’ère du temps et que plein d’entrepreneurs inspirants le font, c’est prendre pas mal de risques. En achetant les dernières sneakers à la mode, le danger est plutôt faible et les dégâts sont limités au portefeuille. En revanche, créer une boite pour suivre une tendance risque aussi de faire mal au portefeuille, mais à une échelle bien différente ! Voici donc un florilège des pires raisons de lancer sa startup afin de pouvoir les identifier et les éviter.

Lancer sa startup, c’est facile !

En écoutant des interviews de startupers plutôt successful et en lisant les articles de certains sites spécialisés, on dirait que lancer sa boite est devenu plus simple qu’avant et accessible à tout le monde. On dirait même que créer sa propre entreprise est beaucoup moins contraignant que le salariat.

Seulement, il faut comprendre que derrière les discours marketing, il y a des heures de travail qui ne se comptent plus. En clair, vous allez bosser (et bien plus qu’en étant employé) ! Il va aussi falloir trouver du soutien aussi bien perso que pro pendant cette épreuve. Lancer sa startup n’est pas facile, mais le jeu en vaut la chandelle !

Lancer sa startup, c’est devenir son propre patron et accéder à la liberté !

Dobby is freeeee

Probablement l’une des pires raisons de lancer sa startup est de souhaiter devenir plus libre et plus indépendant. C’est le cas, mais uniquement en apparence. Un fois devenu son propre patron, de nouveaux « patrons » apparaissent : les cofondateurs, les investisseurs, les clients, les fournisseurs…

Toutes ces personnes dont la startup dépend pour sa survie. Chaque nouveau « patron » a son mot à dire sur certains aspects, mais le plus important est que leurs attentes doivent être comblées pour pouvoir prospérer.

 

Lancer sa startup, tout le monde le fait et beaucoup réussissent !

Le succès.

Les startups qui font les gros titres et nous impactent tous sont une minorité extrême. C’est certes plus encouragé qu’avant de créer son entreprise, mais c’est toujours autant, voire même plus risqué ! Les entrepreneurs des startups que les médias s’arrachent sont la face visible de l’iceberg, c’est d’ailleurs pour ça qu’on les invite. Vous avez déjà lu un article ou écouté un podcast sur un entrepreneur qui a planté 3 startups n’ayant jamais eu de clients et qui est désormais endetté jusqu’au cou ? A part dans les faits divers, nous non plus !

Aussi, le monde des startups et l’entrepreneuriat ne concernent qu’une partie infime de la population française. Le digital emploie encore moins de 5% des français !

 

Lancer sa startup, c’est changer le monde !

Sur le papier, les ambitions de la plupart les startups sont aujourd’hui la disruption, la simplification, l’optimisation, l’amélioration, la révolution… Dans la réalité, beaucoup de startups lancent des concepts très similaires voire purement copiés sur d’autres modèles, souvent internationaux.

D’autres ne font que compliquer certains process plutôt simples à l’origine, comme les multiples applications de prise de notes qui illustrent bien ce problème : il y en a des dizaines alors que les applications Android et Apple sont déjà très bien !

Enfin, il y a les startups qui n’ont pas une vision assez globale. Cela arrive lorsque l’entrepreneur considère que son environnement est le même que celui de son marché et qu’il est particulièrement fermé d’esprit. Le décalage est parfois si grand qu’un produit ou un service qui semblait totalement révolutionnaire et disruptif à l’échelle nationale pour son inventeur n’est adopté par quasiment aucun client !

 

Lancer sa startup, c’est devenir riche

Comment fait-elle pour flotter ?

Pour Mark Zuckerberg, peut-être. Pour les autres, il va falloir attendre quelques années pour espérer ne serait-ce que pour générer de l’argent, tout en ayant conscience qu’être cadre sup’ fait gagner beaucoup plus d’argent que la plupart des startups et que l’activité peut ne jamais devenir bénéficiaire… Lancer sa startup doit être l’émanation d’une passion, d’une idée et d’un désir de rendre service.